Pierre Ablin, l'approfondissement de l'apprentissage automatique

Institutionnel Informatique

Pierre Ablin a rejoint le Laboratoire d'analyse et modélisation de systèmes pour l'aide à la décision (LAMSADE - CNRS/Université Paris Dauphine - PSL) en 2021 en tant que chargé de recherche CNRS.

Quel est votre domaine de recherche ?

Pierre Ablin : Ma recherche porte sur l’apprentissage automatique, c’est-à-dire sur la grande famille d’algorithmes qui apprennent à accomplir une tâche par l’exemple, en observant des données. Ces algorithmes, avec les réseaux de neurones profonds en fer de lance, sont de plus en plus utilisés à la fois dans des applications commerciales mais également comme outils dans les sciences appliquées. Plus spécifiquement, ma recherche porte sur deux axes : le premier est de développer de nouveaux algorithmes plus performants, plus rapides, plus sûrs, et qui permettent de traiter des données plus complexes. Le second axe de ma recherche, plus théorique, consiste à analyser ces algorithmes à l’aide d’outils mathématiques : les raisons derrière le succès de ces méthodes d’apprentissage automatique sont encore mal comprises. Mon but est de mieux expliquer ce dont ces algorithmes sont capables, de quelle manière ils apprennent, et quelles sont leurs limitations.

Qu’avez-vous fait avant d’entrer au CNRS ? Pourquoi avoir choisi le CNRS ?

P. A. : J’ai fait des études d’ingénieur avec une forte composante mathématique. J’ai ensuite fait un doctorat chez Inria, où j’ai développé des méthodes automatiques d’analyse de signaux cérébraux. Avant d’entrer au CNRS, j’ai fait un post-doctorat à l’ENS, où j’ai étudié quelques propriétés théoriques et pratiques des réseaux de neurones profonds.
J’ai choisi le CNRS principalement pour la liberté qui y est offerte : je peux consacrer la majorité de mon temps à travailler sur les thèmes de recherches que je trouve importants et intéressants.

Qu’est-ce qui vous a amené à faire de l’informatique et/ou des sciences du numérique ?

P. A. : Je pense que mon attrait pour l’informatique vient de mon côté ingénieur : j’aime construire des choses. L’implémentation d’algorithmes est exactement cela, on appose brique après brique pour parvenir à un bel édifice. Je trouve cela très satisfaisant.

Contact

Pierre Ablin
Chargé de recherche CNRS au LAMSADE