Innovation

La politique de partenariat et de l’innovation de l’INS2I s’inscrit dans les orientations de la Direction Générale Délégué à l’Innovation (DGDI) avec une impulsion particulière donnée aux technologies numériques. Un des objectifs des recherches menées au sein des laboratoires de l'INS2I est d'irriguer le tissu industriel et commercial par des compétences, des produits et des services innovants, générateurs de valeur économique. L’innovation est inhérente à une grande partie des laboratoires de l’INS2I. La politique de l’institut en la matière se traduit entre autres par la création de start-up et par des collaborations industrielles. Les entreprises font régulièrement appel à l’expertise des chercheurs de l’INS2I dans de nombreux secteurs de pointe. L’institut occupe ainsi une place importante dans la dynamique d’innovation du CNRS de par la capacité de ses unités de recherche à générer des collaborations industrielles et à produire des technologies qui impulsent la création de start-ups.

L'innovation à l'INS2I

L’économie mondiale est tirée depuis plusieurs années par les technologies de l’information et de la communication. Derrière les révolutions liées aux avancées de l’e-commerce, à l’ouverture des données et à la dématérialisation de nombreux services économiques et administratifs se cachent des systèmes informatiques aux architectures hypercomplexes. Les récentes avancées technologiques dans le domaine de l’intelligence artificielle confortent l’impact prépondérant du numérique dans tous les secteurs de l’économie. Les unités de recherche de l’INS2I s’avèrent ainsi comme des acteurs incontournables de la révolution numérique et de l’économie de la connaissance.

En effet, leur champ de recherche s’étend de l’informatique fondamentale à l’automatique en passant par la conception de systèmes sur puces (interface logiciel/matériel), la robotique et le traitement du signal et des images. Que ce soit en apprentissage machine, dans la commande d’un robot, la sécurité des réseaux, l’interaction humain-machine ou l’aide à la décision, les chercheurs de l’INS2I proposent leur expertise en développant des logiciels d’application, des service système, des protocoles dans le réseau ou encore du code embarqué dans un drone ou une carte à puce.

Le logiciel constitue ainsi le résultat de référence objet cible de la démarche d’innovation à l’INS2I. Au vu de la diversité de ses domaines d’application, la valorisation du logiciel s’adresse à des segments de marché différents : l’industrie automobile, l’aviation, l’usine du futur, les services informatiques, la médecine, la ville intelligente, le commerce électronique, l’industrie de la culture, les dispositifs d’aide à la décision dans les politiques publiques… Ainsi, l’institut se positionne pour répondre aux attentes respectives des différents secteurs économiques afin de mieux appréhender les modalités de collaboration et de transfert les plus adaptés.

Bien que le logiciel soit le principal objet de valorisation de l’institut, d’autres formes de résultats de recherche se matérialisent sous forme d’invention, de savoir-faire, de bases de données… et peuvent émerger des unités INS2I et faire l’objet de collaboration avec les partenaires socio-économiques.

Start-up

L’INS2I met à profit les dispositifs de soutien à la création d’entreprise mis en œuvre par le CNRS. Ses chercheurs ont ainsi pu créer plusieurs centaines de start-up depuis 1999.

+ de 350 start-up issues des laboratoires INS2I

(depuis 1999)

20% des start-up du CNRS issues de l'INS2I
34 start-up récompensées par i-Lab

(depuis 2015)

Les start-up issues des laboratoires de l'INS2I interviennent dans différents domaines d'expertise, en lien avec les problématiques de la société actuelle. Focus sur quelques exemples de start-up :

Sécurité

Image retirée.

Cyber-Detect : une solution pour détecter les attaques informatiques inédites

Fruit de dix années de recherche au Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (Loria - CNRS/Université de Lorraine/Inria), la technique d'analyse de codes malveillants proposée par la start-up Cyber-Detect permet d'identifier les attaques inédites, ainsi que les virus camouflés pour échapper aux logiciels de détection couramment utilisés.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 20/07/2017

 

 

Image retirée.

KeeeX : certification Blockchain et traçabilité de documents, processus et décisions

Issue du Laboratoire des sciences de l'information et des systèmes (LIS - CNRS/Aix-Marseille Université/Université de Toulon), la société KeeeX exploite des procédés brevetés permettant de sécuriser et rendre vérifiables documents et processus. Ses solutions opérationnelles et scalables, uniques aujourd’hui, s’adressent à tous les acteurs industriels.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 17/11/2016

 

Santé

 

Gema

 

Gema : Un déambulateur robotisé d'utilisation intuitive

Le robot déambulateur que s'apprête à commercialiser la start-up Gema, fruit de dix ans de recherche à l'Institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR - CNRS/Sorbonne Université), aide la personne âgée à se relever et s'adapte automatiquement à ses mouvements pour faciliter et stabiliser sa marche.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 18/07/2019

 

Image retirée.

Texis : quand modélisation biomécanique et capteurs textiles préviennent les plaies de pression

Une licence exclusive de brevets octroyée à la start-up Texis lui a permis de développer une solution logicielle de modélisation biomécanique du membre inférieur et de la région fessière, intégrant structures osseuses articulées et tissus mous (peau, graisse et muscles). Issue des travaux de recherche du laboratoire Techniques de l'ingénierie médicale et de la complexité - informatique, mathématiques et applications, Grenoble (TIMC-IMAG - CNRS/Université Grenoble Alpes), Texis commercialise également des textiles intelligents équipés de capteurs de pression brevetés qui évitent le développement de plaies de pression de type escarre.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 28/04/2016

Industrie 4.0

Argosim

Argosim : la start-up rejoint Dassault Systèmes

Les produits de la start-up Argosim, créée en 2013 à partir d'une technologie de validation de systèmes informatiques embarqués du laboratoire Verimag (CNRS/Université Grenoble Alpes), sont maintenant intégrés à l'offre de Dassault Systèmes.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 20/06/2019

 

Arskan

Arskan : fluidifier l'accès à la réalité virtuelle

La start-up Arskan, qui s'appuie sur des technologies développées au Laboratoire d’informatique en image et systèmes d’information (LIRIS - CNRS/INSA Lyon/Université Claude Bernard Lyon/Université Lumière Lyon 2/École Centrale de Lyon), offre aux professionnels la possibilité de visualiser et exploiter des environnements 3D complexes. Elle se focalise sur les domaines de la maintenance, du contrôle, de la sécurité et de la formation dans le secteur industriel.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 18/04/2019

 

Image retirée.

Amiral Technologies : la détection précoce des anomalies et du vieillissement des équipements industriels

La start-up Amiral Technologies issue du laboratoire Grenoble Image, Parole, Signal, Automatique (GIPSA-lab - CNRS/Grenoble INP/Université Grenoble Alpes) exploite un algorithme innovant qui identifie les caractéristiques discriminantes d'un signal produit par un capteur, afin de créer un modèle de prédiction de l'état de santé d'un équipement. Ses logiciels détectent les risques de défauts et prédisent aussi le vieillissement et la fin de vie.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 19/04/2018

Énergie

Image retirée.

Bladetips Energy : vers des éoliennes volantes, plus légères, plus compactes et plus rentables

Issu du laboratoire Grenoble Image, Parole, Signal, Automatique (GIPSA-lab - CNRS/Grenoble INP/Université Grenoble Alpes), le projet Bladetips Energy développe un nouveau système volant d’éolienne offshore, basé sur l’élimination d’éléments constitutifs d’une éolienne classique et l’utilisation de drones. Une technologie plus légère qui, tout en allant plus haut dans le ciel, réduit de 60 % le coût de cette énergie renouvelable.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 22/09/2016

Veille technologique

Image retirée.

 

Skopai : une plateforme pour qualifier les start-up

Grâce à des outils d'intelligence artificielle développés au Laboratoire d'informatique de Grenoble (LIG - CNRS/Inria/Université Grenoble Alpes), Skopai fournit à ses abonnés une analyse complète des informations disponibles sur internet (technologie, marchés, positionnement concurrentiel...) concernant les start-up qui les intéressent.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 17/05/2018

RH - soft skills

skilder

Skilder : évaluer les compétences comportementales grâce à un jeu de rôle numérique

La start-up Skilder, en s'appuyant sur les travaux de trois laboratoires du CNRS dont le Laboratoire d'informatique en image et systèmes d'information (LIRIS - CNRS/Université Lumière Lyon 2/École Centrale de Lyon/Insa Lyon/Université Claude Bernard Lyon1) et le Laboratoire d'informatique de Grenoble (LIG - CNRS/Inria/Université Grenoble Alpes) et de ses partenaires, a construit une plateforme numérique d'évaluation des compétences comportementales (empathie, leadership, écoute, persuasion...) permettant aux entreprises de mieux recruter ou former leurs collaborateurs.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 26/11/2020

Industrie des loisirs

Drone Interactive

Drone Interactive : introduire les drones dans les parcs de loisirs

Issue de travaux du laboratoire Grenoble Image, Parole, Signal, Automatique (GIPSA-lab - CNRS/Université Grenoble Alpes), la start-up Drone Interactive crée un nouveau type d'attraction interactive multijoueur mêlant pilotage de drones et univers de jeux vidéo. Elle vient de signer son premier contrat d'installation dans un parc de loisirs à Lyon.

En savoir plus : actualité de la Lettre Innovation du CNRS du 26/05/2019

Le programme de prématuration

Le CNRS a mis en place depuis 2015 un programme de prématuration ayant pour objectif de détecter puis de soutenir les premières étapes du développement technologique de projets émergents à fort potentiel d’innovation. Le soutien consiste en un accompagnement technique et financier en vue d’atteindre le niveau 3 de l’échelle TRL (preuve analytique ou expérimentale des principales fonctions et/ou caractéristiques du concept). Les projets lauréats sont accompagnés par une équipe composée de représentants des différents services du CNRS et de ses partenaires impliqués dans la valorisation des résultats de recherche de l’institut (DRE, CNRS Innovation, pôle valorisation de l’Institut, SPV…).

Ce programme se place volontairement en amont des missions des Sociétés d'Accélération du Transfert de Technologies (SATT) et les projets financés ont vocation, au terme de l’accompagnement d’une durée de 12 à 18 mois, à être soutenus dans le cadre d’un projet de maturation par une SATT. Le travail de pré-maturation permet d'identifier très tôt les éventuels obstacles qui pourraient mettre en péril la mise en pratique de l'innovation afin d’y remédier. Sont éligibles toutes les propositions émanant de chercheuses et chercheurs, d’enseignantes-chercheuses et d’enseignants-chercheurs ou d’ingénieures et d’ingénieurs relevant d’une unité de recherche rattachée à l'INS2I. Les porteurs de projet sont invités à soumettre leurs projets au pôle valorisation de l’INS2I pour l’une des échéances suivantes :

  • Échéance 1 / date limite de la transmission des dossiers à l'INS2I : 26-février-2021
  • Échéance 2 / date limite de la transmission des dossiers à l'INS2I : 30-avril-2021
  • Échéance 3 / date limite de la transmission des dossiers à l'INS2I : 25-juin-2021
  • Échéance 4 / date limite de la transmission des dossiers à l'INS2I : 01-octobre-2021

Le processus d’évaluation des projets soumis se fait en 3 phases :

  • Phase 1 : les projets remontés sont évalués par l’institut ;
  • Phase 2 : les projets présélectionnés par l’institut seront évalués par un comité scientifique du CNRS ;
  • Phase 3 : les projets sélectionnés par le comité scientifique seront soumis à un comité de pilotage (composé de représentants du CNRS et du monde socio-économique) qui auditionnera les porteurs. Les projets retenus seront financés et lancés dans la foulée.

    Contact

    Cellule Valorisation

    Laboratoires communs avec les entreprises

    Au CNRS, les partenariats sous forme de Structures de recherche commune (SRCOM), plus communément connus sous le terme de laboratoires communs, vont au-delà des partenariats traditionnels sous forme de contrats de collaboration. Les SRCOM dépassent le classique projet de recherche de court terme, avec des objectifs régulièrement actualisés via une gouvernance ad hoc. Elles fonctionnent sur la base de contrats de collaboration qui encadrent des projets structurants à forts enjeux scientifiques et industriels entre une ou des équipes de recherche et un industriel autour d'un programme de recherche partagé de moyen ou long terme.

    Les SRCOM prennent plusieurs formes :

    • Laboratoire commun entre une entreprise et un laboratoire public sans financement ANR (LCR).
    • Laboratoire commun recevant un financement public de l'ANR avec une entreprise dans un rôle de participant (LABCOM)
    • Unité mixte de recherche industrielle du CNRS, ayant une entreprise en cotutelle (UMR)
    • International Research Laboratory - Unité internationale de recherche du CNRS,  ayant une entreprise en cotutelle (IRL).
    • Chaire industrielle entre une entreprise et un laboratoire public sans financement ANR (CHIR).
    • Chaire industrielle recevant un financement public de l'ANR avec une entreprise dans un rôle de participant (CHIN).

    Arès, Apprentissage et Vision par ordinateur pour Robots Intelligents

    LabCom ANR. Partenaires : LIRIS / Siléane

    La robotisation croissante de tâches dangereuses, pénibles et répétitives est un symbole de progrès des technologies au service de l’homme et porteuse de productivité et de compétitivité. En France, ainsi qu’en Europe occidentale, la pérennité d’un site industriel est conditionné à son haut niveau de productivité ainsi qu’à la flexibilité et l’évolutivité de son outil de production dans un contexte de marché mondialisé de forte concurrence dont les besoins évoluent rapidement.

    L’objectif de ce projet LabCom vise à développer des nouvelles méthodes d’apprentissage et de vision par ordinateur afin de créer à une échéance de 3 ans des outils picking/kitting robotisés flexible, adaptable, autonome capable de garantir une haute productivité et gérer l’ultra-flexibilité nécessaire dans de nombreuses applications industrielles. Il s’agit là de contribuer à l’amélioration de la performance de tri et d’affectation des produits en contexte de forte diversité et forte flexibilité, une tâche souvent très pénible et répétitive qui est transverse à l'ensemble des process de fabrication industrielle (fonderie, châssis, usinage, emboutissage, tôlerie, assemblage), et une problématique que l’on retrouve très souvent chez les entreprises ayant des flux logistiques internes importants tels que les préparateurs de colis ou tout type d’industries manufacturières. L’enjeu porte sur la gestion de la diversité des composants d’emballage et sur la capacité à réduire par 100 le temps de réglage des paramètres de configuration des systèmes de tri qui est aujourd’hui réalisé par des experts. Ceci permet aussi de supprimer, grâce à l’automatisation robotisée, des tâches dangereuses ou répétitives à forte pénibilité physique et cognitive, ce qui permet de réengager les exploitants sur d’autres tâches à forte valeur ajoutée, i.e., le montage des pièces dans le secteur de l’automobile.

    Pour cela le projet LabCom ARES associe deux partenaires complémentaires qui mettront en commun leurs capacités de recherche, d’innovation et de développement et formaliserons leur coopération déjà forte en R&D :

    • Un laboratoire : Laboratoire d'Informatique en Images et Systèmes d'Information (LIRIS - CNRS/INSA de Lyon/Université de Lyon/École Centrale de Lyon) qui développera des nouvelles méthodes d’apprentissage et de vision par ordinateur au service de la robotique adaptable et flexible.
    • Une PME : Siléane, spécialiste en robotique, qui concevra et produira les robots de picking/kitting
    Image retirée.
    © Siléane

    ALAIA, un apprentissage des langues étrangères sur-mesure grâce à l’intelligence artificielle

    LabCom ANR. Partenaires : IRIT / Archean Technologies

    Le LabCom ALAIA s’attaque au domaine de l’apprentissage assisté par ordinateur des langues étrangères en lui apportant des méthodes d’intelligence artificielle. Les chercheurs développent pour cela un logiciel qui détecte et caractérise automatiquement les erreurs de chaque utilisateur (prononciation, lexique, etc.). À partir de ces informations, il propose ensuite les exercices adaptés les plus efficaces permettant de soutenir la progression de l’apprenant en compréhension et expression orale.

    Sites internet des partenaires :

    Cherchons pour Voir, des solutions interactives et inclusives au service des déficiences visuelles

    Laboratoire commun (LCR). Partenaires : IRIT / CESDV Institut des jeunes aveugles

    Le laboratoire commun Cherchons pour Voir se situe à l’interface entre le monde professionnel de la déficience visuelle et celui de la recherche. Il vise notamment à développer des technologies d’assistance pour améliorer l’autonomie et la qualité de vie des personnes non voyantes et malvoyantes. Les projets se consacrent, entre autres, à l’élaboration de cartes interactives d’aide à la localisation, des dispositifs numériques pour faciliter l’accès à l’information, l’éducation ou encore la culture.

    Sites internet des partenaires :

    FiT, lutter contre la criminalité financière

    Laboratoire commun (LCR). Partenaires : LIP6 / Bleckwen

    Le laboratoire commun FiT, soutenu par l'ANR, pour développer des technologies permettant de mieux détecter des anomalies dans les transactions financières (fraudes et blanchiment d'argent, par exemple), est issu d'un partenariat entre le Laboratoire LIP6 (CNRS/Sorbonne Université) et la société Bleckwen.

    Au cours des dernières années, la criminalité financière est devenue un fléau très onéreux qui ralenti l'avènement de la société numérique. C'est dans ce contexte de lutte contre les fraudes, l'usurpation d'identité ou le blanchiment d'argent que le Labcom FiT a vu le jour.

    Les techniques actuelles pour contrer ces fraudes numérique reposent sur l'analyse de séquences massives de transactions financières, visant à détecter des traces d'activités illégales. Néanmoins, les avancées dans cette lutte sont freinées par un manque de méthodes et d'outils pour modéliser, analyser les transactions de manière appropriée.

    L'objectif de FiT est de conduire les avancées scientifiques et technologiques nécessaires à des progrès significatifs dans la détection des anomalies dans les transactions financières. Ce partenariat permet une meilleure expertise pour modéliser et analyser les transactions financières sous forme de flux de liens. Avec Bleckwen, les scientifiques développent et mettent actuellement en œuvre les formalismes et algorithmes permettant une bonne exploitation de ces données.

    FiT
    © FiT

     

    IA LUSIS, des solutions innovantes en intelligence artificielle pour le domaine bancaire

    Chaire industrielle (CHIR). Partenaires : LISN / LUSIS

    La chaire IA LUSIS entre l’entreprise Lusis et CentraleSupélec se consacre à l’application de méthodes d’l’intelligence artificielle au domaine bancaire. Elle développe des algorithmes pour la détection de fraude par carte bancaire, soit moins de 0,5 % de ces transactions mais une perte de plusieurs milliards d’euros par an. La chaire cible également l’application d’une méthode d’apprentissage par renforcement afin de réaliser du trading automatisé consistant à acheter une action pour la revendre à meilleur prix.

    Sites web des partenaires :

    PosiLab, Positionneurs de Précision Parallèles et Redondances

    LabCom ANR. Partenaires : LIRMM / Symétrie

    Le LabCom PosiLab vise à démontrer le potentiel d’une classe particulière de robots – les robots positionneurs parallèles redondants – pour des applications de positionnement précis exigeantes en termes de performance – forte rigidité, grand espace de travail, grande stabilité – rencontrées dans les domaines de l’optique et du spatial. Le LabCom se déroule dans un contexte économique et industriel tendu où la concurrence est établie (avec un concurrent principal identifié qui fait référence dans le domaine) et où la compétitivité est donc vitale. Ce LabCom regroupe des chercheurs et des ingénieurs du Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier (LIRMM - CNRS/Université de Montpellier) ainsi que de Symétrie (PME basée à Nîmes). PosiLab bénéficie du label du pôle de compétitivité ViaMéca.

    Le LabCom PosiLab vise à répondre aux questions « Comment concevoir de manière optimale, puis commander de manière robuste des robots positionneurs capables de fortes précisions (inférieures au micron et à la seconde d’arc) (i) tout en étant insensibles aux perturbations extérieures, (ii) tout en offrant un grand espace de travail. » Ces exigences identifiées sont dictées par les domaines de l’optique et du spatial, ou encore du médical et de la microélectronique. L’utilisation de la redondance – ou plutôt des redondances – est le moyen qui sera mis en œuvre pour y parvenir. Par redondances, il est considéré principalement redondance d’actionnement et redondance cinématique, mais aussi redondance métrologique ou encore hyperstatisme.

    Image retirée.
    © Symétrie

    Rob4Fam, des robots plus autonomes et plus réactifs pour l’aéronautique

    Laboratoire commun (LCR). Partenaires : LAAS-CNRS / Airbus

    Changement d’outil, intervention d’un opérateur humain, etc. une ligne de production industrielle est par essence dynamique. La prochaine génération de robots doit être capable de détecter un changement dans son environnement et de s’adapter en temps réel. Pour cela, le LAAS et Airbus développent, au travers de ROB4FAM (Robotic for the future of aircraft manufacturing), des algorithmes innovants afin d’augmenter l’autonomie, la flexibilité et la réactivité des robots. En ligne de mire : faciliter les collaborations humain-machines au sein des usines de production aéronautique d’Airbus et équiper des robots collaboratifs pour des tâches autrement réalisées par des machines lourdes et peu mobiles.

    Sites internet des partenaires :

    Rob4Fam démonstration
    © LAAS-CNRS

    SIBIL-Lab, des solutions logicielles pour contrer les fraudes dans le B2B

    Labcom ANR. Partenaires : LIRIS / Attestation Légale (OFA)

    Le SIBIL-Lab s’attaque à la problématique de la gestion de l'identité numérique et à la détection des tentatives de fraudes. Le labcom développe des solutions dans le cadre du réseau social B2B créé par l’entreprise Attestation Légale qui permet de gérer des relations clients/fournisseurs interentreprises. L’objectif : soutenir la mise en place d’une plateforme capable de dimensionner, détecter et contrer les tentatives de fraude et ainsi assurer la sécurité et confidentialité de données sensibles des acteurs économiques.

    Sites web des partenaires :

    SIVALab, systèmes de perception et de localisation des véhicules autonomes

    Laboratoire commun (LCR). Partenaires : Heudiasyc / Renault

    Renault et le laboratoire Heuristique et diagnostic des systèmes complexes (Heudiasyc - CNRS/Université de Technologie de Compiègne) créent un nouveau laboratoire de recherche commun appelé SIVALab (Laboratoire des Systèmes Intègres pour le Véhicule Autonome), qui sera basé à Compiègne.
     
    À travers ce partenariat scientifique et technologique, se concrétise une relation de confiance de plus de dix années entre Renault et Heudiasyc. Le laboratoire SIVALab, qui dispose d’une gouvernance et de moyens partagés, fournit une structure adaptée à la pérennisation des développements scientifiques et à la réalisation de projets d’envergure. Il déroule un programme de recherche de quatre ans.
     
    L’objet d’étude principal de cette collaboration porte sur la fiabilité, l’intégrité et la précision des systèmes de perception et de localisation utilisés pour la navigation des véhicules autonomes communicants. Les données analysées proviennent non seulement des capteurs du véhicule, mais aussi de cartes de navigation pré-établies et de l’extérieur, via des liaisons dynamiques vers les autres usagers de la route et les infrastructures. Grâce à une gestion intelligente de la combinaison de ces multiples données, le véhicule dispose d’une meilleure capacité à se situer dans son environnement qu’il ne pourrait le faire seul avec ses capteurs.
     

    En savoir plus :

    Image retirée.
    © UTC - C. Schryve

     

    SurferLab, intelligence distribuée pour les systèmes de transport

    Laboratoire commun (LCR). Partenaires : LAMIH / Bombardier Transport / Prosyst

    SurferLab est construit autour d'une thématique fondatrice qui consiste à embarquer dans des systèmes mobiles complexes (train, voiture, avion, camion, AGV, ...) des capacités de traitement à base d'intelligence artificielle pour remplir et optimiser différentes fonctions qu'elles soient de conduite, de surveillance ou de diagnostic (health monitoring). SurferLab est un laboratoire commun entre Bombardier Transport, Prosyst et le Laboratoire d’Automatique, de Mécanique et d’Informatique Industrielles et Humaines (LAMIH - CNRS/Université Polytechnique Hauts-de-France) qui est un laboratoire reconnu pour son activité dans les secteurs du transport terrestre, de la mobilité et du handicap.

    SurferLab cherche à rendre ces systèmes mobiles plus intelligents, plus autonomes et capables de s'adapter à l'imprévu. Ces systèmes mobiles sont immergés au sein d'une flotte en interaction avec un centre de contrôle ou de maintenance et l'opérateur humain. L'approche adoptée est de type cyber-physique (en anglais : Cyber-Physical Systems, ou CPS) et concerne a priori tous les modes de transport terrestre.

    Les acteurs du laboratoire commun considèrent que, puisque les systèmes complexes étudiés sont naturellement mobiles dans leur environnement, la dimension « systèmes embarqués » revêt une importance primordiale. En effet, les choix habituels de conception qui conduisent à « débarquer » le maximum de fonctions (et adopter ainsi une logique exclusivement « Big Data ») se font au détriment d’une connaissance approfondie des événements contextualisés qui se produisent dans les systèmes mobiles. Cette approche de conception usuelle atteint ainsi très rapidement ses limites si on ne la complète pas par un développement de fonctions intelligentes embarquées, au plus près des systèmes surveillés.

    Les développements menés auront également pour but d’améliorer la pertinence des échanges d’information et de faciliter la construction de connaissances au travers du développement de nouveaux outils où l’opérateur humain est pris en compte dès leur conception. Les nouveaux modes d’interaction (réalité augmentée, synthèse et reconnaissance vocale, etc.) seront testés et validés dans ce cadre.

    Image retirée.
    © SurferLab

    Telecom4Health (T4H), des technologies et solutions dédiées à la santé

    Laboratoire commun (LCR). Partenaires : LIG / Orange

    L’objectif du laboratoire commun T4H est de mener des travaux de recherche autour de l’intelligence artificielle et des nouvelles technologies appliquées à la médecine dite “4 P” : prédictive, préventive, personnalisée et participative. Les activités du labcom portent sur la gestion de consentement grâce à l’apport de la blockchain ; les sons santé afin d’atteindre des transmissions médicales de haute qualité ; le suivi à distance et l’IA raisonnée.

    Sites internet des partenaires :